La route des marchés en Provence
Logo SCMPVL
Logo CPPM
GRAND LOTO - SAMEDI 6 FEVRIER 2016 - SORGUES   GRAND LOTO - SAMEDI 6 FEVRIER 2016 - SORGUES

...
en savoir plus
CARPENTRAS (84)   Parasol d'Or

Carpentras ou carpentoracte (nom d’origine celte = cat ou caer : ville - pen : colline et toract : passage) a toujours été une place importante de commerce. Cela notamment par sa position privilégiée entre basses terres et hauteurs. 5 siècles avant J.C, grecs et phocéens remontant le Rhône venaient déjà y acheter les produits de la région. Le plateau carpentrassien était le moyeu vers lequel convergeaient les rayons routiers.

C’est sous l’empire romain que la cité aurait vu naître son premier marché alors que la cité comtadine se nommait ’’Forum Néronis’’ ; marché de Néron ; du nom de Tibère Néron lieutenant de César qui conquit la ville. L’arc romain qui s’élève place Inguimbert, avec l’inscription ‘’Forum Néronis’’ témoigne de cette époque.

Vraisemblablement c’est au Moyen-âge que le marché prend son essor. Déjà, un marché se tient tous les vendredi dans le cimetière de Saint-Siffrein ainsi que sur une petite place adjacente. Pas moins de 200 personnes se pressaient en ces lieux ce jour-là. Ce qui d’ailleurs déplaisait à l’évêque Bérenger FORNERI qui voulut interdire tout commerce en ce lieu religieux et fit appel au tribunal à cet effet. Sans succès. Le marché s’étendra même en 1385 gagnant la place de la fusterie (aujourd’hui place des pénitents noirs).

Le marché n’aura de cesse de s’étendre pour investir le cœur de la ville au 16ème. Un emplacement précis sera attribué à chaque type de marchandise : place aux fers, aux bènes, aux fruits, aux herbes, aux graines, aux truffes, aux bœufs, aux chevaux, agneaux, cochons, rues de l’épicerie, de la triperie, de la boucherie, de la mercerie, de la séraillerie, tanneurs etc. (préciser les emplacements de quelques uns de ces marchés).

A chaque type de marchandise correspondait une taxe. A Carpentras, la reve désignait les prélèvements en nature opérés par l’évêque sur le poisson ou la viande vendus sur le marché de Carpentras. Non seulement celui-ci devait être servi en priorité mais les meilleures pièces devaient également lui être réservées.

Parallèlement aux marchés se tenaient annuellement deux foires : La foire Saint Mathieu et celle de la Saint Siffrein. Celles-ci voient leur consécration dans une bulle de Clément VII datée du 18 janvier 1525. L’ouverture de ces deux foires coïncidait avec les fêtes religieuses de Saint Mathieu et Saint Siffrein, évêque de Carpentras et protecteur de la cité.

La Foire Saint Mathieu commençait le 21 septembre et durait sept jours. On s’y approvisionnait surtout en vaisselle vinaire de bois (brocs, seilles, cornues, cuveaux, tonneaux). Le remplacement du bois progressivement par le métal ou le ciment pour le transport et la conservation des vins auront raison de cette foire. En revanche, la Foire Saint Siffrein qui était fixée au 27 novembre et durait huit jours est pérenne aujourd’hui encore.

Dans la seconde moitié du 19ème, la création du canal de Carpentras (inauguré le 12 juillet 1857) associée au chemin de fer offrira aux producteurs un atout considérable permettant aux productions agricoles locales de bénéficier de débouchés rapides et lointains. En effet, le remplacement de la poudre de garance par un colorant de synthèse amène les producteurs vauclusiens à se reconvertir. Sur les anciennes terres où l’on cultivait la garance, les producteurs vont pouvoir développer la culture maraîchère et fruitière. L’activité agroalimentaire se développera ensuite et l’on ne tardera pas à voir éclore conserveries, confiseries, graineterie ainsi que l’industrie du berlingot et du fruit confit.




Rue de la porte d'Orange. source clichés du passé marché aux primeurs sur l'allée des platanes. source clichés du passé jour de marché - place du palais. source clichés du passé
allée des platanes - source clichés du passé